Ainsi sont-ils

  • couv-ASI-page001

Auteur : Isabelle Flaten

Isabelle Flaten puise la matière de ses textes dans les relations humaines dont elle saisit la complexité avec délicatesse en construisant une œuvre minutieuse où l’altérité est sans cesse remise en question. De drôleries en effrois, elle émeut et rend palpables les êtres qui traversent ces courts récits. Les relations aux autres ont-elles un dénominateur commun ? Peut-on vivre sans l’autre ? Et finalement, peut-on réellement vivre avec ? Isabelle Flaten use de sa précision et de son écriture empathique pour dresser un panorama tout en nuance de la perception de ceux que nous côtoyons et qui par conséquent nous habitent. « Ainsi sont-ils » est le cinquième ouvrage de l’auteur édité par Le Réalgar

Quelques extraits : « Vivre avec les autres ou vivre avec des livres, quelle différence ?

Vivre en communauté et puis quoi encore ? S’épouiller les uns les autres tant qu’on y est…

Organiser la fête des voisins ? Et pourquoi pas le bal des faux-culs tant qu’ils y sont !

Les gens ont un cœur de pierre. Pour sa part elle n’en a pas, c’est plus simple.

Quand un homme était seul, il se contentait d’un regard appuyé, de haut et jusqu’en bas, avec arrêt sur ses seins, ce n’était pas méchant et pourtant ça faisait mal. Dans le métro, tout était permis, c’était si facile de tâter la marchandise, il suffisait d’avoir la main baladeuse, sournoisement glissée sous sa jupe, l’air de rien, comme par distraction, ou encore la cuisse frottée à son pantalon comme par inadvertance, parfois ça pinçait un peu, ça pressait plus fort, et il fallait trouver refuge ailleurs… »

Date d’édition : 21 août 2018

Format : 14×21 cm
120  pages
ISBN : 979-10-91365-63-5

PRIX : 12 EUROS

 VOIR LE PANIER
ou par chèque

Pour 25€ et plus d’achat de livres, les frais de port vous seront remboursés à réception de votre commande. Profitez-en!

On en parle, et bien !

http://blog.paludes.fr/post/2018/09/21/Paludes-876-du-vendredi-21-septembre-2018

http://www.marcvillemain.com/

« Une centaine de courts textes, parfois une ligne, parfois deux pages, où – à hauteur de l’humain – se pose la question de vivre avec l’autre, de l’éviter, de tomber amoureux, de se protéger de l’autre. C’est net, incisif, parfois drôle, parfois poignant, le grand art d’Isabelle Flaten. » Eric Pessan